Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2015

Les Photaumnales 2015 - En echo

Du 19 septembre au 29 novembre

photaumnale,expo,photographie,

 

Avec un hommage à Hippolyte Bayard (1801-1887), né à Breteuil (Oise), inventeur du positif direct, le festival photographique réalise un lien avec des artistes qui s'emparent et détournent les procédés et techniques photographiques d'hier pour revisiter l'esthétique.

 

 

 

 

 

Israel Arino,photo,photaumnale,beauvais,picardie,expo

©Israel ARINO 

 

Plus de renseignements ici

 

16/09/2014

Les Photaumnales reviennent

Du samedi 27 septembre 2014 au dimanche 11 janvier 2015 Le festival de photographies les Photaumnales 2014 vous donnent rendez-vous à Beauvais et dans l'Oise avec pour thème

ROCK’N’ROLL : UN ALBUM PHOTO

Pour plus d'infos: ici

21/09/2013

German AVAGYAN – Born after death – Les Photaumanles à Amiens

Encore une découverte des Photaumnales…

Dix-huit années se sont écoulées depuis que les conflits ont cessé entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Depuis, les deux états coexistent dans un climat de latence et de guerre froide.Une nouvelle génération a grandi dans ces deux pays, des jeunes gens qui n’ont jamais connu la paix. Beaucoup d’entre eux ont perdu des proches dans cette guerre. Beaucoup sont nés après que leur père a été tué dans ce conflit armé.

German Avagyan,Born after death,Photaumnales,Amiens,Briqueterie,photographe,Arménie

Cette série de portraits, réalisée entre 2009 et 2012 à Nagorno-Karabakh et en Arménie, reflète la vie et la mort. La mort – une ancienne photo du père, mort au combat, entre les mains de son fils ou de sa fille – et le symbole de la vie, l’enfant, le héros de mon projet. Ces enfants n’ont jamais connu leur père, tué peu de temps avant leur naissance. Les seuls souvenirs qu’ils conservent tiennent en quelques photographies, dans leurs mains. Des photos qui font partie intégrante de l’histoire et de la mémoire de chaque famille.

 

German Avagyan,Born after death,Photaumnales,Amiens,Briqueterie,photographe,Arménie 

De brèves notices biographiques accompagnent les images : si les noms de famille sont les mêmes, les prénoms le sont aussi souvent… Il y a en effet une autre dimension cachée derrière ces portraits, celle d’une jeune mère veuve qui donne à son enfant le prénom de son mari. C’est une façon de retenir son époux, et l’enfant représente une sorte d’incarnation et de réincarnation de sa personne ».



German Avagyan est né en 1962 à Tsulukidze (Géorgie) dans une famille d’officiers des forces soviétiques. Il vit aux Etats-Unis où il travaille sur le projet « Americans : National Identification in the USA ». Journaliste pour les médias arméniens depuis 1989, il a été récompensé par de nombreux prix, notamment le Magnum photojournalism workshop à Yerevan en 1996 et 1999.



Son site ici 

Exposition à LA BRIQUETERIE2, rue Lescouvé – 80000 AMIENS

du 14 septembre au 6 octobre du mercredi au dimanche de 15h à 18h

02/08/2013

Les Photaumnales – le festival de Photographies en Picardie - 10e édition

exposition,Picardie,Beauvais,exhibition, Exposición, Ausstellung, 展示会(被曝), 展览会(曝光),Expositie,esposizione,Приложение,Diaphane,Photaumnales,photographie,Фотография, fotografia, Fotografie, 摄影, Фотография, Fotografie

39 expositions et avec 62 photographes du 14 septembre au 10 novembre 2013

J’ai déjà eu l’occasion de vous parler de l’association Diaphane, pôle photographique en Région Picardie. Je vous invite à découvrir le programme de l’édition de Photaumnales, festival photographique que Diaphane organise depuis 10 ans à Beauvais et dans toute la Picardie. 

exposition,picardie,beauvais,exhibition,exposición,ausstellung,展示会(被曝),展览会(曝光),expositie,esposizione,Приложение,diaphane,photaumnales,photographie,Фотография,fotografia,fotografie,摄影,Фотография

©Marc BECKMANN 

Je ferai dans les jours qui viennent des focus sur des photographes présents. 

exposition,picardie,beauvais,exhibition,exposición,ausstellung,展示会(被曝),展览会(曝光),expositie,esposizione,Приложение,diaphane,photaumnales,photographie,Фотография,fotografia,fotografie,摄影

 ©Aurore Valde

Pour en savoir plus sur les Photaumnales c’est ici.

Pour  en savoir plus sur Diaphane c’est ici.

exposition,Jean de CALAN,picardie,beauvais,exhibition,exposición,ausstellung,展示会(被曝),展览会(曝光),expositie,esposizione,Приложение,diaphane,photaumnales,photographie,Фотография,fotografia,fotografie,摄影

©Jean de Calan 

25/07/2013

Gilbert Garcin, un photographe philosophe aux rencontres photographiques - Arles

Grand plaisir de vous inviter à découvrir les photographies de Gilbert Garcin, jeune photographe de 84nans. Elle effet, il se met en scène depuis 1995, et réalise ainsi des portraits poétiques.

Gilbert Garcin,rencontres photographiques,Arles,photomontages

Le moulin de l'oubli ©Gilbert Garcin

 A la Ciotat, son cabanon lui sert de studio, son matériel un projecteur 100 watts, une lampe de poche pour les effets spéciaux, un projecteur vidéo pour les fonds - un "catalogue de cieux" et des silhouettes de son personnage. Là, il invente un univers dans un décor qu’il crée de toute pièce et à échelle réduite. 

Gilbert Garcin,rencontres photographiques,Arles,photomontages


Le résultat est surprenant à la fois surréaliste et chargé de sens.

Gilbert Garcin,rencontres photographiques,Arles,photomontages

La dernière ligne droite ©Gilbert Garcin 

Gilbert Garcin,rencontres photographiques,Arles,photomontages

 

 

Gilbert Garcin,rencontres photographiques,Arles,photomontages

Sauver la nature ©Gilbert Garcin 

gilbert garcin,rencontres photographiques,arles,photomontages

L'avenir n'est plus ce qu'il était ©Gilbert Garcin

 Pour aller plus loin :

Un reportage réalisé dans le cadre des rencontres photographiques :

Une interview réalisé pour France Inter par Vincent Josse 

Son site, galerie  

gilbert garcin,rencontres photographiques,arles,photomontages

La convoitise ©Gilbert Garcin

 

Son actualité : Rencontres d'Arles, Atelier de Chaudronnerie, parc des Ateliers jusqu’au 22 septembre 2013

03/05/2013

Marie Dorigny et les moines danseurs de l'Ile de Majuli (Inde)

Marie Dorigny est allée à la rencontre des moines danseurs de l’Ile de Majuli en Inde. 

ile,majuli,majoli,island,monatère,moine,brahmaputra,brahmapoutre,sattriya,xatra,marie dorigny,photographe,photograph,inde,india,danse

© Marie Dorigny

En Assam, l'île de Majuli perpétue une tradition religieuse unique en Inde. Posée au milieu du Brahmapoutre, la plus grande île fluviale du monde abrite des satras, monastères hindous peuplés de moines paysans et artistes, qui célèbrent Vishnou et Krishna, sa principale incarnation, par le chant, la musique, la danse et le théâtre.

ile,majuli,majoli,island,monatère,moine,brahmaputra,brahmapoutre,sattriya,xatra,marie dorigny,photographe,photograph,inde,india,danse

© Marie Dorigny 

ile,majuli,majoli,island,monatère,moine,brahmaputra,brahmapoutre,sattriya,xatra,marie dorigny,photographe,photograph,inde,india,danse

© Marie Dorigny 

Depuis dix ans, le sattriya fait officiellement partie des huit danses classiques principales de l’Inde. Sattriya vient du mot « sattra » qui désigne les monastères hindouistes de l’Assam (nord-est de l’Inde) fondés au XVème siècle par le maître Srimanta Sankardeva (1449-1568). La danse sattriya fut créée
pour accompagner les Ankiya Naat, une forme locale de théâtre dévotionnel consacré aux épisodes de la vie de Krishna et Rama.

ile,majuli,majoli,island,monatère,moine,brahmaputra,brahmapoutre,sattriya,xatra,marie dorigny,photographe,photograph,inde,india,danse

© Marie Dorigny 

Les moines danseurs de Majuli constituent aujourd’hui la meilleure troupe de sattriya de l’Assam.

ile,majuli,majoli,island,monatère,moine,brahmaputra,brahmapoutre,sattriya,xatra,marie dorigny,photographe,photograph,inde,india,danse

© Marie Dorigny  

ile,majuli,majoli,island,monatère,moine,brahmaputra,brahmapoutre,sattriya,xatra,marie dorigny,photographe,photograph,inde,india,danse

© Marie Dorigny 

Marie Dorigny vit et travaille à Paris. Après avoir commencé dans le journalisme comme rédactrice, elle entame une carrière de photographe, en décembre 1989, avec la révolution roumaine. Elle a réalisé de nombreux reportages dont un sur l’esclavage domestique. Son travail sur les femmes de banlieue a été présenté au festival Visa pour l’image (Perpignan). Ses clichés sur le travail des enfants dans le monde sont réunis dans le livre « Enfants de l’ombre » paru aux éditions Marval. Elle a également publié « Cachemire, le paradis oublié », « L’Inde invisible ». C’est une photographe engagée qui a réalisé des reportages sur la condition de la femme à travers le monde.

ile,majuli,majoli,island,monatère,moine,brahmaputra,brahmapoutre,sattriya,xatra,marie dorigny,photographe,photograph,inde,india,danse

© Marie Dorigny 

Son actualité : Festival Photo reporter en Baie de Saint Brieuc du 19 octobre au 11 novembre. Elle présentera « les femmes paient le prix de la paix » (Népal)

ile,majuli,majoli,island,monatère,moine,brahmaputra,brahmapoutre,sattriya,xatra,marie dorigny,photographe,photograph,inde,india,danse

© Marie Dorigny 

Pour dévouvrir les moines danseurs, un reportage ans le magazine d’Arte 360° - Géo : Majuli, terre des eaux, terre des moines, un film d’Andréa Oster (Allemagne, 2011, 52mn) 
ARTE

Rediffusion le vendredi 24 mai 2013 à 13:00 


18/04/2013

Thés dansants par Fred Boucher

Fred Boucher travaille sur divers aspects de la société française, sous la forme de photographies réalistes et documentaires, en utilisant parfois la mise en scène. Ce qui le pousse à photographier est avant tout cette fuite inexorable du temps et la disparition des choses. Pour Fred Boucher, « La photographie, par son pouvoir de réalisme, nous préserve de l'amnésie et permet de dresser un état des lieux d'un paysage social. »

fred boucher,thés dansants, exposition

© Fred Boucher

Les thés dansants par Fred Boucher :« Au milieu du village, non loin de l’église, la salle des fêtes aux vitres embuées résonne au rythme de l’accordéon. Une fois ces portes franchies, retentissent des rengaines familières, mais oubliées de l’enfance, et des tubes populaires traversés de visages illuminés par le plaisir de la danse. L’écrivain Denis Dormoy m’accompagne, il écoute et gratte sur son petit carnet des histoires. Il donne de la voix aux images, et éclaire de souvenirs les corps inscrits sur ces photographies. Car la danse, n’est pas seulement le prétexte pour le photographe, de parler de la vie, de la retraite, et du temps des souvenirs qui défilent ; mais plus simplement de participer à l’écriture d’une mémoire populaire ».

fred boucher,thés dansants, exposition 

© Fred Boucher

fred boucher,thés dansants, exposition

© Fred Boucher

Son actualité :

·       Exposition à la Maison des Arts et Loisirs de Laon - Place Aubry 02000 LAON, jusqu’au 27 avril 2013 de 13h à 19h

·       Exposition dans le cadre de la 10e édition du festival international de la photographie à Kaunas (Lituanie) jusqu’au 30 avril 2013 

fred boucher,thés dansants, exposition 

© Fred Boucher

Retrouvez le livre Thés dansants ici