Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2013

German AVAGYAN – Born after death – Les Photaumanles à Amiens

Encore une découverte des Photaumnales…

Dix-huit années se sont écoulées depuis que les conflits ont cessé entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Depuis, les deux états coexistent dans un climat de latence et de guerre froide.Une nouvelle génération a grandi dans ces deux pays, des jeunes gens qui n’ont jamais connu la paix. Beaucoup d’entre eux ont perdu des proches dans cette guerre. Beaucoup sont nés après que leur père a été tué dans ce conflit armé.

German Avagyan,Born after death,Photaumnales,Amiens,Briqueterie,photographe,Arménie

Cette série de portraits, réalisée entre 2009 et 2012 à Nagorno-Karabakh et en Arménie, reflète la vie et la mort. La mort – une ancienne photo du père, mort au combat, entre les mains de son fils ou de sa fille – et le symbole de la vie, l’enfant, le héros de mon projet. Ces enfants n’ont jamais connu leur père, tué peu de temps avant leur naissance. Les seuls souvenirs qu’ils conservent tiennent en quelques photographies, dans leurs mains. Des photos qui font partie intégrante de l’histoire et de la mémoire de chaque famille.

 

German Avagyan,Born after death,Photaumnales,Amiens,Briqueterie,photographe,Arménie 

De brèves notices biographiques accompagnent les images : si les noms de famille sont les mêmes, les prénoms le sont aussi souvent… Il y a en effet une autre dimension cachée derrière ces portraits, celle d’une jeune mère veuve qui donne à son enfant le prénom de son mari. C’est une façon de retenir son époux, et l’enfant représente une sorte d’incarnation et de réincarnation de sa personne ».



German Avagyan est né en 1962 à Tsulukidze (Géorgie) dans une famille d’officiers des forces soviétiques. Il vit aux Etats-Unis où il travaille sur le projet « Americans : National Identification in the USA ». Journaliste pour les médias arméniens depuis 1989, il a été récompensé par de nombreux prix, notamment le Magnum photojournalism workshop à Yerevan en 1996 et 1999.



Son site ici 

Exposition à LA BRIQUETERIE2, rue Lescouvé – 80000 AMIENS

du 14 septembre au 6 octobre du mercredi au dimanche de 15h à 18h

20/09/2013

Léo DELAFONTAINE présente Micronations aux Photaumnales

Coup de cœur pour ce photographe découvert à Beauvais dans le cadre des photaumnales.

 

léo delafontaine,micronation,photographe,photaumnales,diaphane,revue 21,beauvais,mikronation,micronación

Léo Delafontaine nous entraine à la découverte de quelques Micronations (sur les Presque 600 recensées) réparties sur l’ensemble de la planète.

Qui a déjà entendu parler de la République des Conques ? Du Royaumed’Elleore ? De la Principauté du Sealand ? De la Couronne de Forvik ? Del’Empire d’Atlantium ? Ou du Consulat de la Boirie ?
Pour ainsi dire personne. Car ces lieux trouvent leur place dans ce que Roger Brunet, géographe, a décrit comme « l’arrière-boutique du Monde », celui des micronationset autres cryptarchies, ces entités se proclamant Nation ou État indépendant sans être reconnues par d’autres États officiels ou grandes organisations internationales.
La création d’une micronation aujourd’hui provient donc d’une part d’orgueil, d’une volonté de puissance chez l’individu qui préfère régner, même symboliquement, que de faire partie d’un tout qu’il ne comprend et ne maîtrise pas. La part d’humour revendiquée par la plupart des dirigeants micronationaux ne doit pas masquer ce malaise, ce sentiment de ne pas trouver sa place dans une société, cette volonté de conjurer une hiérarchie subie, quitte à fonder son propre royaume. Au risque du ridicule.


 

léo delafontaine,micronation,photographe,photaumnales,diaphane,revue 21,beauvais,mikronation,micronación

 

léo delafontaine,micronation,photographe,photaumnales,diaphane,revue 21,beauvais,mikronation,micronación


Plurielles, souvent éphémères et antinomiques, les micronations se donnent à voir le plus souvent comme l’expression d’individualités noyées par la globalisation. Elles sont autant de variations postmodernistes de nos différents modèles institutionnels.
Ainsi, il faut les comprendre comme autant d’hommages dégénérés et égoïstes du politique. Du micropolitique serait-on tenté de dire.



 

léo delafontaine,micronation,photographe,photaumnales,diaphane,revue 21,beauvais,mikronation,micronación

Micronations a fait l'objet d'un article en avril 2013 dans la revue XXI.

Le livre chez Diaphane Editions ici

 

léo delafontaine,micronation,photographe,photaumnales,diaphane,revue 21,beauvais,mikronation,micronación

Léo Delafontaine est né en 1984. Il vit et travaille à Paris. Ce photographe documentaire « se souciant peu de documenter » a réalisé des séries au Texas, à Dubaï comme au Kosovo ou à Disneyland.

Plus d'infos

Exposition dans le cadre des Photaumnales


BEAUVAIS
 - GALERIE NATIONALE DE LA TAPISSERIE 
22, rue Saint-Pierre


du 14 septembre au 10 novembre
 du mardi au vendredi de 12h à 18h - 
les samedi et dimanche de 10h à 18h